Le KUNG FU Sino-Vietnamien style QWAN KI DO, en revanche, utilise le « Dung et Dịch » (L’harmonie et l’adaptation), dont la stratégie de l’approche (Thuật Cận Chiến) typiquement vietnamienne impose une meilleure appréciation des conditions du combat, des distances, des réactions de l’adversaire, augmentant ainsi les chances de vaincre.

Cette stratégie suppose le respect de 3 règles fondamentales connues sous les sigles : N.G.M. (en viêtnamien).

N = NHANH (Vitesse d’exécution de la technique). G = GỌN (Précision dans l’application). M = MẠNH (Puissance, énergie dans le contact ou dans la frappe).

Cette stratégie, appelée populairement « Nhập-Nội », repose essentiellement sur les techniques de « Déplacement » (Thân Pháp). Le déplacement constitue la clé de la pénétration dans la zone dangereuse de l’adversaire mais il représente également la condition déterminante d’un retrait correct ou d’une esquive.

Cette stratégie commune aux deux situations caractérise les assauts techniques conventionnels, aussi bien que les assauts libres (combats).

ATTAQUE :

Dans notre style de Kung Fu, une attaque ne se porte pratiquement jamais d’une manière directe. Elle est précédée de techniques d’approche consistant en des attaques de poing ou de pied visant à distraire, et à abaisser le seuil de vigilance de l’adversaire. Un déplacement rapide permet alors d’entrer dans la zone où les techniques de mains, propres à notre style , deviennent opérationnelles.

DEFENSE :

Lors d’une attaque inattendue, le pratiquant met en application le principe « Dĩ Ðoản Thắng Trường » (Le court peut vaincre le long) ou « Dĩ Nhu Thắng Cương » (L’agilité ou la souplesse peut vaincre la force).

La défense consiste à accueillir, et à recevoir l’adversaire pour mieux utiliser sa propre force et mieux le piéger ce qui, encore une fois, correspond au principe l’adaptation de « DỊCH ».

Ce principe est particulièrement utilisé lors de l’étude de CẦM NÃ (Technique de saisie, de torsion et d’immobilisation des membres), LINH THÚ (Techniques zoomorphiques) et du VẬT (Lutte vietnamienne).

En langage vietnamien romanisé, la lettre « D » se prononce en « Z » et seulement la lettre « Ð » se prononce en « D ».

 

Percussions (pieds, poings, coudes, genoux, têtes), clés, saisies, projections, chutes, ciseaux, acrobaties, techniques zoomorphiques, self-défense, combat libre, compétition, travail des armes en bois, tranchantes ou articulées, ...

Notre art martial contient tout cela !  

 

Tâm Thê  : 

Notre Kung fu, c' est aussi du Tâm Thê (KHI GÔNG): une gymnastique douce basée sur des mouvements lents et souples, la respiration, la relaxation et le travail sur l'énergie interne.