Ecole du Dragon de Feu

Ecole du Dragon de Feu

HISTOIRE DU QWANKIDO

 

Histoire du Qwankido

 
Le Qwankido : ( De Wikipédia, l’encyclopédie libre) :

Le Qwan Ki Do (« voie de l'énergie vitale »), également transcrit Quan Khi Dao, est un art martial créé en 1981 en France à Toulon par Pham Xuân Tong (8 ème Dan FFKDA) .

QuanKhiDao Quan(désigne un concept, un ensemble )  Khi (énergie, souffle)  Dao  ( la "voie")

Le Qwan Ki Do trouve son origine dans des techniques issues des arts martiaux chinois et des arts martiaux vietnamiens.

Histoire

Les techniques du Qwan Ki Do proviendraient en partie de quatre grandes écoles dont la célèbre école des moines shaolin.

Du courant chinois, nous trouvons trois écoles principales :

  • L’Ecole SHAO LIN ou TIEU LAM, dans laquelle se retrouve une grande variété de techniques, dont de nombreux coups de pied sautés ou encore les techniques de CHIN NA ou CAM NA.
  • L’Ecole WO MEI ou NGA MI, de la montagne Wo Mei Shan, regroupe de nombreuses techniques de saisie et de projection, ainsi que les techniques basées sur l’observation des animaux.
  • Enfin, l’Ecole TANG LANG ou DUONG LANG, caractéristique du sud de la Chine et de l’ethnie Hakka, est basée sur l’imitation de la mante religieuse, avec des attaques rapides des membres supérieurs, visant à percuter les points vitaux, ainsi qu’à luxer les différentes articulations.

Les écoles vietnamiennes, quant à elles, sont réputées entre autres, pour les ciseaux volants, ainsi que pour la boxe libre utilisant les coudes, les genoux, sans oublier les tibias.

Le Qwan Ki Do est une synthèse de styles d'arts martiaux sino-vietnamiens. Il représente l'aboutissement de plus de 25 ans d'études et de recherches effectuées par un expert des arts martiaux vietnamiens : Maître Pham Xuân Tong, héritier testamentaire du maître Châu Quan Ky

Grand Maître Châu Quan Ky Grand Maître Châu Quan Ky   

Malgré les nombreuses influences vietnamiennes et l'origine de son maître fondateur, les sources du Qwan Ki Do viennent en majorité des arts martiaux chinois. On y trouve de nombreuses techniques d'animaux, des jeux de clé, de mains, et l'utilisation des armes.

De plus, les termes en vietnamien utilisés, sont souvent des traductions ou des transcriptions de termes chinois à la base. Le pratiquant de Qwan Ki Do doit aussi apprendre à renforcer son corps, petit à petit. Les coups sont progressivement portés en fonction du grade, et des années d'apprentissage.

 

 Le Mot du Fondateur de la méthode QWAN KI DO : Maître PHAM Xuân Tong

Maitre PXTONG « Le DAO céleste n’a point de préféré, il donne à tous les hommes bons sans aucune distinction, mais la plus haute bonté ressemble à celle de l’eau qui profite à toute chose sans aucun effort pour cela, c’est pourquoi, l’eau tend à occuper la place la plus basse ce que les hommes détestent, c’est pour cela que l’eau ressemble au DAO ». Lao-Tu

Pratiquer le QWAN KI DO n’est pas simplement apprendre une technique martiale, mais c’est précisément apprendre un art de la vie, apprendre à devenir non seulement un homme fort mais surtout un être équilibré sur le plan physique et mental. Un être capable d’assumer toute situation avec ardeur et quiétude.
La vie moderne et tumultueuse, ainsi que la quête incessante du confort nous immergent souvent dans les flots de frustration, d’angoisse et parfois de violence. L’Incertitude de l’existence très souvent inadaptée à son milieu, et la quête de la rentabilité, se manifestent par l’anxiété qui engendre, la concurrence, l’agressivité, la brutalité et l’indifférence. Ainsi, l’agitation prend l’apparence de l’efficacité; le corps fonctionne mais vit dans un doute du lendemain. Cette agitation se répercute inévitablement sur tous les gestes quotidiens, dans chacun de nos mouvements mais aussi dans nos comportements.

Le QWAN KI DO doit être imprégné de douceur, et non de violence. Il est bien d’attirer souvent l’attention sur « la puissance de l’eau » et des éléments légers qui parviennent à contourner, à surmonter, ou à pénétrer à travers les obstacles grâce à la fluidité et à la souplesse. L’eau occupe les places les plus basses ce que les hommes détestent. « Il n’est rien au monde de plus inconsistant et de plus faible que l’eau, cependant elle corrode ce qui est dur, et lorsqu’elle est en colère rien ne peut lui résister ».

Le philosophe chinois Lao Tu ne cesse de dénoncer la faiblesse de ce que nous considérons généralement comme la force. Selon lui la souplesse triomphe toujours de la dureté. Le calme est toujours vainqueur de la violence, ici-bas, ce qui est malléable l’emporte sur ce qui est dur. « Nouveau né, l’être est souple et frêle, mort il est rigide et dur, il en de même pour les plantes et les arbres ». Solidité et rigidité sont compagnes de la mort. Souplesse et fluidité sont celles de la vie. « Ce qui est fort et grand est dans la position inférieur, ce qui est souple et faible est dans une position élevée ». « La perfection pour celui qui commande c’est d’être pacifique, pour celui qui combat, c’est d’être sans colère, pour celui qui veut vaincre, c’est de ne pas lutter et pour celui qui se sert des hommes c’est de se mettre au dessous d’eux. Il faut vaincre sans lutter, convaincre sans parler » disait Lao Tu.

On trouve une équivalence de ce climat en occident dans la fameuse fable de La Fontaine « Le Chêne et le roseau ». Il faut donc s’orienter vers la voie de la paix intérieure, la détente, la relaxation musculaire et nerveuse qui sont d’une grande utilité de nos jours.

Ce n’est pas en assistant à un cours qu’on apprend à distinguer le bien du mal et le laid du beau. La morale et l’art ne s’enseignent pas comme les mathématiques. Comprendre et sentir sont deux choses profondément différentes. On ne peut saisir la signification de la morale et de l’art que dans les milieux où ces choses sont présentes. Planifié avec diligence, le QWAN KI DO insuffle une armature à la fois morale et corporelle.

Au fil de l’apprentissage le pratiquant découvre ses nouvelles et étonnantes possibilités d’exploiter ses coordinations gestuelles pour en faire un automatisme de protection corporelle. Le QWAN KI DO voudrait montrer tout d’abord les richesses internes de l’être humain afin de vivre plus heureux dans ce grand édifice du « DAO ». Ainsi, il fait comprendre au monde que « le secret de la sagesse n’est pas la sagesse elle-même, mais le chemin qui nous y conduit. Le chemin est long, les racines sont amères mais le fruit est doux ». L’essentiel est de découvrir cette voie, savoir discerner quel est le visage de l’énergie latente qui conduit au succès. Le secret du « DAO » ouvre les yeux, et les yeux ouverts montrent le chemin à suivre.

Si les êtres humains dédiaient une partie de leur existence à se découvrir eux mêmes, l’humanité accéderait à un niveau de perfection sans pareil parce que l’empire de la volonté annihilerait tout ce qui est mesquin en lui et alors le bonheur rayonnerait dans toute sa splendeur. Le QWAN KI DO étant une méthode qui permet de découvrir la puissance corporelle par la qualité de l’esprit possède donc une valeur inestimable.

Jour du printemps, l’an grâce 2007 Le Fondateur Dépositaire de la méthode QWAN KI DO Chuong Môn PHAM Xuân Tong

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos